Accueil Education au média La jeunesse emmerde… le contrôle social!

La jeunesse emmerde… le contrôle social!

0
0
648

image martin whatson

Temps de lecture : 3 minutes avec un café à la main

Thématique : Numérique, éducation, politique jeunesse & parentalité

Illustration : Martin Whatson

 «  J’aime pas les jeunes et leur musique de sauvage, ça crie, ça fait mal à la tête, et ça grésille dans les hauts-parleurs, on peut plus faire trois pas sans l’entendre. Y en a plus aucun qui veut parler français, mais d’un côté tant mieux, je ne suis pas sûre de vouloir comprendre les paroles, quand je vois comment ils se trémoussent dessus. C’est obscène, et c’est ce qu’ils aiment, ils aiment hurler dans la rue, histoire qu’on soit tous au courant de leurs mœurs déviantes, qu’on sache tous qu’ils n’ont plus aucun respect pour nous, ni pour eux-mêmes d’ailleurs. »  Anonyme

Vous voulez un exemple de la peur des jeunes ? : Dans mon village de 2 700 habitants, le maire a décidé de verbaliser tout regroupement dans un espace public de plus de 3 jeunes.

Si si je vous assure ! Notre policier municipal circule gentiment en voiture Playmobil et verbalise, les fesses au fond du siège, tranquille pépère pour tapage nocturne à 17h 30…

Au delà de la situation complètement flippante pour la liberté des individus il faut souligner que les normes sociales actuelles n’autorisent plus à laisser les jeunes traîner en dehors de chez eux.Ou alors il faut qu’ils soient pris en charge dans une structure éducative type Espace Jeune, Centre Social, MJC…et encadrés pour la majorité encore par des adultes.

Nous avons fini par catégoriser tout groupe d’adolescents comme étant une nuisance avec son lot de comportements délictueux. Un paradoxe de malade, car quand ils ne sont pas au poney, au foot ou au cours de guitare nous les tenons chez nous dans leur chambre ou dans notre salon où la seule fenêtre d’exploration est l’écran de leur Smartphone ou de la télé.

Un cocon de « technologie numérique »

Sonia Livingstone parle alors de « Bedroom Culture » pour évoquer la tendance contemporaine à suréquiper les maisons de nos ados, notamment parce que nous sommes rassurés de les savoirs en sécurité à la maison.

Ils sont pris alors entre l’enclume et le marteau.

D’un côté vous avez des jeunes oisifs squattant allégrement le banc des boulistes symbolisant le schéma parfait de la délinquance, de la drogue et du bruit (Avec leur smarphone).

De l’autre le parfait bouc émissaire peut être le numérique et son Smartphone (pseudo addiction, cyberharcèlement, porno et violence….).

Sérieux je comprends plus rien !

Je ne vous cache pas que l’accès au numérique vient bousculer et questionner plus globalement la société et ses nombreuses évolutions : évolution du rôle du parent, de l’école, du champ social, de notre rapport au savoir et à l’information…

Cela peut devenir compliqué pour les adultes mais n’attendez pas de ma part une forme de panique morale.Les ados ne sont pas accros au smartphone ou autres technologies mais plutôt à l’infini possibilité de rester toujours en contact et en lien avec ses copains et ses copines.Bon, ok ! Ajoutons un bon morceau de narcissisme, quand même !

 

C’est aussi cette envie d’occuper des espaces et des territoires où l’adulte n’est pas présent.Ce qui embête aujourd’hui les adultes, c’est cette façon qu’ont les smartphones, les jeux vidéo, les réseaux sociaux de répondre de manière providentielle aux enjeux et aux désirs des jeunes ici et maintenant.

Nous sommes alors dans un désir de contact permanent plus qu’une dispersion souvent symbolisée par des relations superficielles ou de zapping…

C’est qui qu’a commencé ? Et puis, historiquement, les jeunes observent la fascination qu’ont leurs parents pour la télévision (4K) et les écrans en général qui pullulent dans le foyer familial.

Ils constatent l’importance d’un objet comme le smartphone : l’urgence avec laquelle leurs parents s’empressent de répondre quand il sonne, cette attention particulière qu’ils leur portent, les mails traités le samedi soir à 23 h…Essayez un peu de vous mettre dans la peau d’un ado (après la douche). Pas mal de parents abordent la question de la qualité de sommeil mis en lien comme une forme de transgression de l’ado, un pied de nez aux règles familiale et à gratter toujours plus…

Mais il faut aussi s’imaginer que, tout comme un adulte, il peut lui aussi avoir du mal à s’endormir à cause du stress, des difficultés de la vie et/ou des pressions qu’il subit….Il faut plutôt voir le sommeil comme un indicateur de son bien-être psychologique, de sa nervosité, des tensions, des pensées qui l’empêchent ou pas de s’endormir paisiblement… Mais il peut aussi être juste pénible et en opposition avec vos règles !

Conseil aux parents, notre rôle ?

Il nous faut développer des comportements exploratoires et accepter les apprentissages par essais-erreurs.

Le maître mot est : l’accompagnement.

Accompagnez vos enfants, vos ados dans leurs pratiques numériques.

Si vous ne comprenez pas comment ils peuvent regarder des vidéos de Squeezie pendant deux heures ou visionner 8 fois d’affilés le dernier clip de PNL, rappelez-vous qu’ils se demandent sûrement quel intérêt vous portez à regarder Roland-Garros ou un match de rugby (moi aussi d’ailleurs). Si vous ne comprenez pas le phénomène Fortnite, le mieux est de partager une partie avec votre enfant. Au mieux vous comprendrez qu’une partie peut durer jusqu’à 25 minutes (pour un battle royal), un élément plutôt important quand vous allez gueuler « A TABLE !» trois fois de suite…

Si vous pensez que jouer à Call of Duty peut entraîner des passages à l’acte, rappelez-vous que jouer à Candy Crush ne fait pas de vous un potentiel diabétique.En achetant un scooter à son fils – ou sa fille aussi, hein ! On intègre qu’il ou elle va faire des” bêtises”. On accepte (bon gré, mal gré) qu’il ou elle aille au-delà du territoire qu’on lui a autorisé, parte à l’aventure.

Avant qu’il en soit ainsi, on passe du petit vélo avec les roues stabilisatrice au vélo, et ensuite le scooter. On lui apprend les rudiments du code de la route. Il en va de même pour son apprentissage des mondes numériques. C’est un enjeu de citoyenneté majeur pour apprendre à se supporter « ensemble ».

Et nom d’une politique jeunesse!!! Laissez les sortir, explorer le monde, se confronter, échanger ! Les voyages forment la jeunesse, l’exploration du numérique aussi….

 

Auteur : Khattou Pierre

 

Contribution : Christel Monnerie

Source :Sonia Livingstone « Bedroom culture » http://eprints.lse.ac.uk/2772/1/From_family_television_to_bedroom_culture_(LSERO).pdf

 

Charger d'autres articles liés
  • L’an zéro du calendrier COVID-19

    « Ils ne se révolteront que lorsqu’ils seront devenus conscients et ils ne pourront …
  • POP PORN CULTURE

    - Je faisais partie de ces insatiables, ceux que l’on trouve toujours assis tout prè…
  • publicité Nintendo

    Du gameplay au gameflow ?

    Conversation avec la coordinatrice des Promeneurs Du Net de la Haute Garonne Temps de lect…
Charger d'autres écrits par khattoupierre
  • L’an zéro du calendrier COVID-19

    « Ils ne se révolteront que lorsqu’ils seront devenus conscients et ils ne pourront …
  • POP PORN CULTURE

    - Je faisais partie de ces insatiables, ceux que l’on trouve toujours assis tout prè…
  • publicité Nintendo

    Du gameplay au gameflow ?

    Conversation avec la coordinatrice des Promeneurs Du Net de la Haute Garonne Temps de lect…
Charger d'autres écrits dans Education au média

Laisser un commentaire

Consulter aussi

Progrès social 4.0

  Sujet : Numérique et éducation                             Temps de lecture : 3min …